NOUS CONTACTER 04 11 93 22 30

Des experts à votre écoute

Notre équipe de passionnés vous accompagne à chaque étape de votre achat et vous permet de choisir le matériel le plus adapté à vos besoins.

Écrivez-nous

Via notre Help Center

CONTACT

appelez nous
+33 4 11 93 22 30   

Fermé le 20 Mai


Horaire Infoline

Lun-Sam: 10h-12h/14h-18h30

NOS AUTRES ENSEIGNES
logo Lafreto

Glisse Proshop est un site du groupe LAFRETO OUTDOOR Le groupe possède plusieurs enseignes de sports, toutes spécialisées dans un domaine bien spécifique. Golf, sports de vent ou d’hiver, sports nautiques ou ski nordique, LAFRETO souhaite accompagner ses clients tout au long de l’année en leur proposant des univers dédiés aux sports qui les passionnent.

Découvrez les autres sites du groupe

Vente en ligne de matériel dédié aux sports d’hiver et outdoor

logo MonsieurGolf

Vente en ligne de matériel, de textile et d’accessoires de Golf

(= line.product.common.ancestorIds[1] || line.product.common.ancestorIds[0] || line.product.common.id =) (= line.quantity =) (= line.product.common.title =) (= line.unitAmountWithTaxes =) (= cartData.common.currencyCode =)

Matières premières, pénurie, d'où ça vient ?

illustration pénurie matière première 01

« Désolé ce produit est en rupture, il y a une pénurie de matières premières chez nos fournisseurs ». Cela fait bientôt 6 mois que nous vous sortons tous la même excuse. Délais d'approvisionnement trop longs, problèmes dans le secteur industriel, hausse des couts de transport, pandémie mondiale,... Bref, qu'est-ce-que c'est que cette histoire de pénurie ? Mensonge, vérité ?

La crise sanitaire impacte forcément la situation, mais n'est pas la principale actrice. Elle joue le rôle d'accélérateur. Depuis 2015, le secteur industriel mondial connaît une très forte demande de matières premières. Les matières recyclées ont du mal à suivre le rythme. Selon Thierry Charles, docteur en droit chargé de la direction des affaires publiques, cette situation était « prévisible, et n'était que question de temps ». La crise liée au coronavirus a accéléré le processus. L'arrêt puis la reprise des productions américaines et asiatiques lors du premier confinement ont décalé et perturbé les plannings industriels.

La Chine et les USA rafflent toutes les matières premières

Certains pays et secteurs économiques passent en premier. C'est le cas de la Chine et des Etats-Unis. Depuis l'été 2020 ces deux nations raflent tout en terme de matières premières. Leur demande ne cesse d'augmenter et passe en priorité.

Résultat ? Plus d'importation vers l'Europe. Les chantiers prennent du retard. Bois, aluminium, acier, pvc, peinture... tout vient à manquer. Certaines chaines de production sont à l'arrêt. Chez PSA, par exemple, on arrête de produire pendant trois semaines la 308. C'est simple, plus de 6000 voitures n'ont pas pu sortir. Aujourd'hui, l'ordre de fabrication dans les usines dépend de la taille de l'entreprise acheteuse. C'est à celui qui offre le plus qui est servi le premier.

Cette année, les réserves globales des entreprises françaises se sont effondrées. Au point d'atteindre le même niveau que celles de mars 2020. La production tricolore est de -4,7% en février 2021.

illustration pénurie matière première 02

Cette dépendance économique chinoise a bouleversé bien des secteurs tels que le bâtiment, l'emballage, l'alimentaire et l'automobile. Des pièces maitresses au bon fonctionnement de l'économie française. Les sports de glisse donc passent bien après. Même si notre marché est en bonne santé, le surf ne fait pas le poids face à ces monstres industriels.

La pratique des sports de glisse explose

Autre problème dans notre milieu cette fois : la demande. Les sports extrêmes sont à la mode. Nous étions une niche il y a 10 ans, aujourd'hui la pratique du kitesurf est une banalité. Ce phénomène s'est accentué avec la crise sanitaire. Impossible de voyager pour certains, cloitrés à domicile pour d'autres, les français ont besoin d'air.

spot-de-surf-monde

Résultat ? De nouveaux pratiquants arrivent en masse. Selon Jérôme Artero, commercial pour FCS et Rip Curl, spécialiste dans le commerce de gros en sport de glisse « Certains fabricants ont diminué ou stoppé leur production en avril 2020. C'est compliqué de rattraper le retard avec une augmentation exponentielle de la demande. Le vélo, la randonnée, la course à pied, et les sports nautiques explosent cette année ».

Pour Geremy Checa, directeur commercial Surfcloud pour le Bodyboard et les marques de surf Firewire et NSP, même topo : « La demande est probablement la première raison de cette pénurie. Le surf a vu une croissance très importante avec la crise sanitaire. Les marques et les magasins se sont retrouvés en rupture de stock cette dernière saison (2020). Les précommandes des revendeurs pour 2021 et nos demandes de production ont explosé. Les fournisseurs et compagnies de frêt subissent les mêmes conséquences : plus de commandes à produire, plus de containers à affréter.

La Covid 19 n’épargnant personne, il y a moins de bateaux sur l’eau. On a perdu 50% d’espace normalement disponible. Donc la croissance de la demande des revendeurs combinée à une faible offre des fournisseurs/transporteurs pousse à une hausse des prix. »

Les prix et les coûts flambent

Le prix des matières premières flambe : +20% pour le bois, 35% l'acier, 7,5% pour l'aluminium et le PVC. A cela s'ajoute les transports. Laurent Cuoq Country Manager Board&More «Concernant les matières premières, on manque de tout: spi, tissu, aluminium, jusqu'au fil ! Les transports aériens et maritimes sont très affectés. Fret aérien quasi à l'arrêt, fret maritime en difficulté, à tout cela on ajoute un petit blocage du Canal de Suez... » Comme si on avait besoin de ça.

« Les coûts ont flambé, on est sur une augmentation autour de 400% pour un même container importé 2 ou 3 mois auparavant ». Explique Geremy. « Il n’y a plus de containers vides et peu de place sur les bateaux de frêt. Les containers sont vendus aujourd’hui à prix d’or. Si on veut faire venir la marchandise, il faut payer le prix fort. C'est extrêmement difficile de se faire livrer.